Ciné-Villeneuve présente L’Ennemi silencieux
Le film L'Ennemi silencieux, de harry P. Carver, sera projeté le samedi 26 janvier, à partir de 17 heures. Il sera précédé de l'assemblée générale de l'association Ciné-Villeneuve, à 14 heures. (photo : image extraite du film)

Pour ses dix ans, Ciné-Villeneuve présente en projection, samedi 26 janvier, à 17 heures, à la salle polyvalente des Baladins, le film L’Ennemi silencieux, de Harry P. Carver. Thèmes abordés, synopsis, avis, Ciné-Villeneuve vous raconte tout sur le film.

Ciné-Villeneuve fête ses 10 ans :

  • 14 heures : assemblée générale de l’association ;
  • 17 heures : ciné-concert du film muet L’Ennemi silencieux et accompagnement sonore en direct (piano, voix et tambour, par Stéphane Damiano et Jean-Philippe Seunevel) ;
  • 19 heures : buffet partagé avec les adhérents.

Le film

Baluk (Chef Buffalo Child Long Lance)

Baluk (Chef Buffalo Child Long Lance)

La nourriture commence à manquer chez les Indiens Ojibwa (ou Ojibwés). Chetoga, le chef de la tribu suit les conseils du chasseur Baluk, qui recommande de partir vers le Nord pour trouver des troupeaux de caribous. De son côté, l’homme-médecine Dagwan, le rival de Baluk auprès de Neewa, la fille du chef, est d’avis que le campement doit rester sur place. Une fois en route vers le nord, les Ojibwa affrontent de grandes difficultés alors que s’aggrave le conflit entre les deux prétendants.

L’Ennemi silencieux est une reconstitution sous forme de fiction de la manière dont vivaient les Indiens Ojibwa avant l’arrivée de l’homme blanc. Les personnages principaux sont des acteurs non professionnels choisis à l’issue d’un casting. L’un est sioux, l’autre est penobscot, le héros est un « Indien blanc », un américain fasciné par la culture amérindienne qui a renoncé à sa propre identité pour endosser celle d’un Indien. Avec cet improbable brassage, le réalisateur opère un subtil passage du pluriel des Nations indiennes au singulier de l’Indien.

Scène du film

Scène du film

L’idée du film vint au producteur W. Douglas Burden du succès qu’eut Chang, un drame de la vie sauvage tourné dans la jungle de Thaïlande, un documentaire de 1927 racontant la vie d’une famille paysanne et sa lutte pour survivre dans la jungle. Il décide, d’appliquer la même « recette » aux Ojibwas (Indiens du Canada, Nord de l’Ontario). Pour mener à bien son projet, il s’entoure, d’une série de collaborateurs susceptibles de s’investir dans un tournage de plus d’un an, en pleine nature, avec des comédiens non-professionnels.

Le réalisateur, H. P. Carver (1876-1952) dont se sera l’unique film est choisi du fait de sa collaboration à Chang. L’équipe comprend également le directeur de la photographie français, Marcel Le Picard, qui a, notamment, travaillé avec D.Griffith réalisateur pionnier du cinéma. Le film fut tourné en 16mm (le format de reportage et d’amateurs avertis).

Ce film participe des entreprises qui s’attachent à préserver quelques traces d’une civilisation considérée à l’époque comme évanescente. Fort de la certitude que les Indiens allaient à tout jamais se fondre dans la société américaine, un certain nombre d’auteurs (universitaires, écrivains, cinéastes) entamèrent un travail sur la mémoire.

En 1930 et 31, L’Ennemi silencieux a été successivement projeté aux États-Unis, en Suède, en Finlande, au Portugal et en Irlande. Ce fut un échec. La version originale a été perdue et c’est seulement en 1970 qu’elle fut retrouvée et est ressortie de l’oubli. Une superbe restauration a été diffusée sur Arte avec une partition orchestrale. C’est l’un des plus beaux films sur les Indiens d’Amérique.

Attention : Il y a un autre film avec le même titre The Silent Enemy, L’Ennemi silencieux, film britannique de William Fairchild (1958). À Gibraltar en 1941, le lieutenant Crabb, chargé du déminage de la rade, est envoyé en mission afin de récupérer des documents à bord d’un avion qui s’est écrasé en mer. Il décide de se servir d’un sous-marin pour infiltrer la base italienne et la détruire.

Acteurs

Chef Yellow Robe . . . . . . . . . . . . Chetoga, le chef de la tribu

Chef Buffalo Child Long Lance . Baluk, le chasseur

Molly Nelson Spotted Elk . . . . . . Neewa, la fille du chef Chetoga

Paul Benoit Akawanush . . . . . . . Dagwan, l’homme-médecin, rival de Baluk auprès de Neewa

George McDouglas . . . . . . . . . . . Cheeka, fils du chef Chetoga

Originalité : le concert qui accompagne le film muet

Stéphane Damiano et Jean-Philippe Seuneuvel

Stéphane Damiano et Jean-Philippe Seuneuvel

La musique au piano de Stéphane Damiano sensible, à fleur de peau, légère, optimiste, douce est une invitation au voyage, à la confiance. Le chant de Jean-Philippe Seunevel, fait de mots à lui, parfois en français, accompagne ce voyage, le précède, lui fait prendre un autre virage, le calme ou le stimule, le perturbe. Ce petit homme diffuse sa force et sa bienveillance avec ses mots étranges, dansant sur les notes avec son corps et sa voix.

Stéphane Damiano

Stéphane Damiano

Stéphane Damiano, visage doux et sourire franc, est un pianiste-compositeur dont la musique lui ressemble. Après un parcours atypique et riche en expériences diverses, douze ans à enseigner le piano jazz, quinze ans de concerts et trois disques, il s’oriente vers la « musique à l’image », avec ses ciné-concerts et BD-concerts. Finalement il va vers la « musique pour l’image », avec des musiques de film. À cette occasion il rencontre Jean Philippe Seunevel.

Né à Nice en 1971, il s’installe dans la région grenobloise à l’âge de 15 ans. Musicien, il s’intéresse au jazz et se perfectionne au Conservatoire de Chambéry. À 22 ans, des études de comptabilité terminées, il organise un voyage humanitaire au Brésil, où il joue avec une chanteuse et recueille des fonds pour un orphelinat du Nordeste. À son retour de ce voyage au Brésil, il décide de vivre de sa musique. Il a composé la musique de plusieurs long métrages et documentaires et est le créateur des musiques originales des jeux vidéo Eternal Forest et Battle Fleet Gothic.

Jean Philippe Seunevel est l’inventeur du chant vital ou chant spontané, une pratique de l’écoute, qui permet « de se réjouir de s’abandonner à l’enseignement de la sagesse du Présent ». Avec d’autres passeurs de présence, il est à l’origine de l’association Mille Voix et de la troupe de chant spontané Kaoutchán dont il est le directeur artistique. Il écrit sur son site :  » … et voici ce qui m’arrive lorsque je fais confiance à la merveilleuse sagesse du présent. Je me régale de me taire et laisse chanter et danser la Source à travers moi. Voilà l’étonnant répertoire que l’univers m’invite à interpréter. C’est cela que j’appelle Chant Vital ou l’Art du Chant Spontané. Les cerisiers donnent des cerises, les pommiers donnent des pommes, et nous, nous donnons des chants et des danses. Nous sommes des arbres qui dansent et chantent dans le ciel de la vie. »

HarrPour en savoir plus, on trouve sur internet de nombreuses informations sur ces deux artistes, par exemple :

https://stephane-damiano.fr/author/ijscmanew38/

https://epanews.fr/profile/jeanphilippeseunevel#.XCjnk02WxuE

http://jean-philippe-seunevel.tumblr.com/

Le film sur internet

Une version entière du film avec orchestre est disponible sur internet :

L’Ennemi silencieux (The Silent Enemy)
Film muet (États-Unis), 1930
De Harry P. Carver
Avec Chef Yellow Robe, Chef Buffalo Child Long Lance, Chef Akawanush