Villeneuve Plage : parasols, graffitis et ramadan
L'édition 2015 de Villeneuve Plage se déroule les samedi 4 et 11 juillet, ainsi que les samedis 22 et 29 août. (photo : Morgane Cohen)

Le soleil brille, la chaleur assomme, les enfants jouent dans le lac, bienvenue à Villeneuve Plage, édition 2015 !

Les samedis 4 et 11 juillet, l’événement Villeneuve Plage a eu lieu au bord du lac du parc Jean-Verlhac. Villeneuve Plage est une initiative des Ateliers populaires d’urbanisme (APU). L’idée est de créer un moment de convivialité pour profiter du cadre exceptionnel de ce parc, pour proposer aux baigneurs et autres passants des animations estivales créatives, réflexives. Et bien sûr du farniente !

Un graffiti Villeneuve Plage

Ce samedi 11 juillet, tables, chaises et parasols ont fleuri pour constituer une terrasse, pour discuter de l’avenir de la piscine Iris [fermée par la municipalité, ndlr] et de l’espace public autour, en buvant un verre de sirop. Une quinzaine d’enfants, aidés par le graffeur de Mets d’la couleur, ont fini le graffiti « Villeneuve Plage » qui s’étale sur les murs de la piscine Iris.

Une quinzaine d'enfants ont participé à la création du graffiti Villeneuve Plage sur les deux samedis. (photo : Morgane Cohen)

Une quinzaine d’enfants ont participé à la création du graffiti Villeneuve Plage sur les deux samedis. (photo : Morgane Cohen)

Parmi les badauds, H., une personne qui semblait ravie de l’animation graffiti. Voici quelques bribes d’une discussion riche en réflexion.

H. est un ancien du quartier Mistral. Comme il le dit, il a grandi dans un « quartier ». Aujourd’hui, il vit à Meylan, dans une ambiance toute différente. Mais pendant les vacances, il vient avec sa fille au lac de la Villeneuve, parce qu’il n’y a qu’ici qu’on trouve une vraie vie de quartier selon lui. « Le quartier [de la Villeneuve] c’est une ville dans la ville », dit-il. Sa fille adore venir à la Villeneuve, elle y retrouve quelques amies, même si elle n’a jamais vécue ici. Elle est née à Meylan. H. dit, en rigolant, que l’appartenance au quartier, c’est sûrement dans les gènes de sa fille, c’est pour ça qu’elle aime venir à la Villeneuve.

« C’est leur territoire »

Selon H., le quartier est primordial le temps que les enfants grandissent : « ils maîtrisent mieux leur espace de vie proche que le reste de la ville ». Le quartier correspond aux habitudes des enfants, avec ses lieux pour jouer, un espace de socialisation, « c’est leur territoire ». « Le centre ville et les magasins, c’est quand on devient grand, quand on est adolescent, après 14 ans », raconte-t-il.

Pour H., les animations sont capitales dans le quartier. Elles sont l’occasion « de découvrir des choses, d’ouvrir son esprit, de s’éveiller ». Pour lui, aujourd’hui, les enfants n’ont « plus envie d’apprendre, les fautifs c’est les inventeurs de Facebook et compagnie. Avec les smartphones, ils n’ont même plus besoin d’apprendre quoi que se soit. Si tu te demandes quelque chose, tu tapes sur Google et tu prends la première réponse. On a l’impression de savoir tout instantanément ».

Nouveaux arrivants

En tout cas, il est convaincu que les enfants des quartiers vont devoir se bouger « parce que les nouveaux immigrés qui arrivent, ils en ont dans la tête et dans les mains ». Il explique que c’est des personnes « qui en veulent et qui se débrouillent avec rien ».

Villeneuve Plage est aussi l'occasion pour discuter de l'avenir de la piscine Iris, fermée par la mairie. (photo : Morgane Cohen)

Villeneuve Plage est aussi l’occasion pour discuter de l’avenir de la piscine Iris, fermée par la mairie. (photo : Morgane Cohen)

« Ce sont eux qui prendront le travail à la place des autres, ils sont super forts ». Il me dit qu’il trouve ça « génial » que d’autres personnes arrivent ici, que ça va faire bouger les mentalités, « qu’on va sortir de l’opposition binaire, blancs et Arabes dans les quartiers ». « L’ouverture des frontières ça fait du bien ». Les personnes apportent avec elles des nouvelles idées et des nouvelles cultures, ça brasse.

H. précise que ce qui fait la force des nouveaux arrivants, « c’est qu’ils sont libres ». « Être libre c’est se débrouiller sans institutions, se réveiller tôt et regarder le soleil se lever… »

À cause du ramadan, les APU n’ont pas mis les bouchées doubles sur les animations du mois de juillet. H. dit pourtant que « c’est important d’être là pour les parents ». Il explique que le ramadan c’est un « vrai marathon » et que la dernière semaine, les adultes sont tellement fatigués qu’ils ont besoin de se « débarrasser » de leurs enfants pour se reposer. Donc c’est utile qu’il y ait un relais pour s’en occuper.

H. a été invité à revenir pour les prochains épisodes de Villeneuve Plage. Car l’animation recommence les 22 et 29 août, avec des activités dans, sur et autour du lac ! Au programme, origami, fabrication d’un objet flottant non identifié, bricolage de vélos, restauration et d’autres choses encore.