Rencontre avec l’équipe pluridisciplinaire
Le jardin Terre Neuve et les travaux de rénovation du 40 et 50 galerie de l'Arlequin, en octobre 2015. (photo : BB, Le Crieur de la Villeneuve)

Le 18 décembre dernier, le Conseil métropolitain votait pour le choix de l’équipe pluridisciplinaire en charge de la rénovation urbaine des quartiers Village Olympique et Villeneuve à Grenoble et Villeneuve à Échirolles. Le Crieur a contacté le cabinet de conseil Passagers des villes, qui dirigera cette équipe.

Sept entreprises ou cabinets composent l’équipe pluridisciplinaire. Le Crieur en avait fait la liste au début du mois. Cette équipe est dirigée par le cabinet de conseil en urbanisme Passagers des villes, installé à Lyon. « Nous sommes le pilote du projet et de l’équipe », explique Madeline Malhaire, responsable développement du cabinet, au Crieur, « en fait, nous sommes le mandataire administratif et juridique de l’équipe pluridisciplinaire ».

Passagers des villes sera épaulé principalement par Ville ouverte, cabinet de conseil en charge de la participation des habitants aux projets de rénovation urbaine. Une rencontre habitants-élus-équipe pluridisciplinaire est prévue dans les prochaines semaines, pour présenter l’équipe.

« Coconstruction »

Du côté de la participation des habitants, le discours est bien rôdé : « Nous avons une envie de coconstruction. Il faut sortir du processus classique « décisions par les élus puis présentation aux habitants. » Les conseils citoyens, les tables de quartier, les Ateliers populaires d’urbanisme seront intégrés au processus. », annonce Madeline Malhaire. Elle précise toutefois bien que le cadre sera celui voulu par les mairies de Grenoble et d’Échirolles : « Quoi qu’on en dise, les élus restent ceux qui sont porteurs de la profondeur de la coconstruction. »

Le cabinet promet que le processus de création des projets de réhabilitation sera évolutif : « on a tiré les leçons de l’ANRU 1, il n’y aura pas de gros dessin figé pour 10 ans, comme c’était le cas avec Yves Lion [ndlr : architecte-urbaniste en charge du premier volet de rénovation du quartier, de  2008 à 2018] ». Quant à la démolition de logements sociaux, la responsable de Passagers des villes reste flou : « La logique de l’Anru [ndlr : Agence nationale de rénovation urbaine], c’est d’avoir la plus grande mixité possible, mais il n’y a pas d’objectif chiffré. »

L’organisation théorique de la « coconstruction » est la suivante : « élaboration des projets, points avec les élus — ce sont eux qui sont intangibles sur ce qui est possible et sur ce qui ne l’est pas — puis ateliers dans chaque quartier ». Quatre « assises inter-quartiers » (trois quartiers sont concernés par le programme de rénovation urbaine : Villeneuve et Village Olympique à Grenoble, Villeneuve à Échirolles) sont programmées au cours de 2016.

Retards

L’équipe pluridisciplinaire commencera son travail le mois prochain. Avec, à la fin de l’année 2016, la signature de la convention avec l’ANRU, organisme public en charge de la rénovation urbaine. Mais le travail de l’équipe pluridisciplinaire se poursuivra pendant plusieurs années, pour le suivi et la mise en œuvre des projets. « Le contrat signé avec la Métro a une durée de 5 ans, renouvelable une fois, donc potentiellement 10 ans. », précise Madeline Malhaire.

La fin du Nouveau programme de renouvellement urbain (NPNRU, ou Anru 2) et des travaux de réhabilitation est programmée pour 2025. En théorie. L’exemple du PNRU, le premier volet de rénovation urbaine, signé en 2008, montre que les travaux peuvent prendre beaucoup de retard. La plupart devaient être finis en 2013. Trois ans plus tard, certains n’ont toujours pas été réalisés.