Ciné-Villeneuve présente Bovines ou la vraie vie des vaches
Le film Bovines ou la vraie vie des vaches, d'Emmanuel Gras, sera projeté lundi 23 janvier 2017, à 20 h 30. (phot : image de la production)

Ciné-Villeneuve présente en projection, lundi 23 janvier 2017, à 20 h 30, à la salle polyvalente des Baladins, le film Bovines ou la vraie vie des vaches, d’Emmanuel Gras. Thèmes abordés, synopsis, avis, Ciné-Villeneuve vous raconte tout sur le film.

Le synopsis

L'affiche du film.

L’affiche du film.

Placides créatures au regard doux, les vaches font partie intégrante du paysage des campagnes françaises. Ainsi croit-on bien les connaître, alors qu’on les observe finalement fort peu. Pour découvrir leur quotidien, Emmanuel Gras a placé sa caméra au milieu d’un élevage de charolaises, en Basse-Normandie. Que font les vaches de leurs journées ? Que signifient leurs longues séances d’immobilité ?

On a souvent l’image d’Épinal de bovidés dont le plus clair du temps est occupé à paître et à regarder passer les trains. On retient ainsi de ces derniers leur placidité à toute épreuve. Posés au loin dans un champ, leur existence paraît par principe monotone, voire fortement ennuyeuse. Qui aurait pu penser qu’un jeune cinéaste inconnu parviendrait à nous passionner durant soixante-quatre minutes avec des vaches comme personnages ? Emmanuel Gras propose une étonnante prise à contre-pied, loin de cette image soporifique de la vache, en nous offrant un kaléidoscope d’images somptueuses. Les couleurs sont vives et les contrastes saisissants. Les vues sont splendides, les vallons verdoyants, les nappes de brume, les brins d’herbe… Et puis le tout est égayé de très agréables chants d’oiseaux.

On voit des vaches, donc. Des vaches qui meuglent, qui mâchent, qui dorment. L’une d’elles a des cils aussi longs et beaux que ceux de Greta Garbo. L’autre met bas si discrètement qu’on est presque surpris de découvrir, soudain, à côté d’elle, un veau tremblant sur ses pattes…

Le réalisateur

Emmanuel Gras, né à Cannes en 1976 est réalisateur, scénariste, directeur de photo, monteur, costumier, un véritable touche-à-tout du cinéma. Est-ce sa naissance à Cannes qui le prédestinait à cette activité ? Après une licence d’histoire, il s’oriente vers le cinéma en étudiant l’image à la célèbre École nationale supérieure Louis Lumière. À la fin de ses études, il part en tant que coopérant au Centre culturel français de Beyrouth et commence à travailler comme chef opérateur sur des documentaires centrés sur le Proche-Orient. Revenu en France, il se concentre sur la réalisation de ses propres projets, documentaires et fictions, tout en continuant à travailler l’image sur les films des autres. Après de nombreux courts-métrages, il signe ainsi Bovines, son premier long-métrage documentaire.

Emmanuel Gras a réalisé Bovines, en février 2012, ainsi que 300 hommes, en mars 2015, un documentaire sur un centre d’hébergement à Marseille.

Pourquoi ce film ?

Au sujet de Bovines, Emmanuel Gras raconte avoir noté des similitudes entre les vaches et les enfants dans leur manière d’appréhender le monde et de poser un regard sur les choses : « J’ai voulu retrouver dans ce regard émerveillé par le monde, quelque chose de très enfantin, très direct », explique-t-il. Il ajoute : « On me demande souvent comment j’ai pu avoir l’idée de faire un film sur les vaches, comme si le bétail n’avait pas d’histoire, pas de vie avant de devenir des steaks ou des saucisses. » Sur la méthode, il ajoute : « Il était évident dès le départ du projet qu’il n’y aurait pas de voix-off, de discours posé sur l’animal. Je voulais que l’on s’en approche par les sensations. »

Quelques critiques

Sur Allociné, on trouve des critiques très diverses, à titre d’exemples représentatifs.

Tout d’abord, humour vache : Meuh meuh meuh, meuuuuh meuh.

Meuh, meuh meeeeeuh meuh meuh. Meuh meuh, meuh : MEUH !

Meuh meeeeuh meeeeeeeuuuuh : « Meuh meuh meuh, meuh… »

Meuh meeeeeuuuh? Meuh-meuh, meuh. MEUH.

Mauvaise critique : Film pour citadins qui n’ont jamais vécu à la campagne : un documentaire sur un troupeau de vaches, pourquoi pas ? Les autres, les campagnards, n’apprendront rien. Je n’ai jamais entendu de vaches meugler autant en pleine nature; à l’étable oui. Les avait-on droguées ? Un grand ennui.

Bonne critique : Malgré ses limites conceptuelles, cet objet original suscite un intérêt inattendu, des questions subliminales. Film pour ruraux qui aiment leur campagne, les autres, les citadins risquent de découvrir un monde oublié. Du très grand cinéma !

En conclusion : Un film pour la Villeneuve !

La bande-annonce

Pour terminer

Ce film a été un succès commercial : il a été classé comme l’un des films les plus rentables de l’année 2012 par BFM Business.

Et si ce film donnait l’idée aux habitants de la Villeneuve de réclamer à la ville quelques vaches dans le parc. Il y a un jardin potager partagé, quelques légumes dans les parterres qui autrefois ne connaissaient que des fleurs et deux ruches, alors pourquoi pas deux vaches ?

L’info en plus

À noter que la projection du film sera précédée de l’assemblée générale de Ciné-Villeneuve, à partir de 18 h 30, dans le même lieu.

 

Bovines ou la vraie vie des vaches
Documentaire (France), 2012
D’Emmanuel Gras
64 min
Lundi 23 janvier 2017, à 20 h 30, à la salle polyvalente des Baladins, 85 galerie des Baladins
Adultes : 5 € / soutien : 10 € / enfants et précaires : 1 €
Adhésion donnant droit à tous les films de la saison 2016-2017