Une solution alternative à la démolition du 20
Assemblée contre les démolitions imposées en bas du 20 galerie de l'Arlequin, le 16 juin 2018. (photo : BB, Le Crieur de la Villeneuve)

Après avoir rassemblé 2000 signatures pour la pétition contre la démolition du 20, être intervenus en conseil municipal en juin et avoir déposé trois recours contre la casse de leur immeuble, les membres du collectif contre les démolitions imposées ont fait leur rentrée, lundi 1er octobre.

Réunis en assemblée populaire, lundi 1er octobre, les habitants ont discuté de la lutte contre la démolition du 20 galerie de l’Arlequin et de ses rebondissements. Car l’été a été agité pour les opposants à la démolition, projet validé par l’Anru lors de son comité d’engagement (lire l’article XXX) dans le cadre du nouveau plan de rénovation urbaine. Si Virgile Gavillet, membre de l’association des résidents du 10-20 galerie de l’Arlequin évoque le « peu de retours de la mairie depuis le conseil municipal du 18 juin et la prise de parole du collectif », trois recours contre la démolition ont été déposés :

  • un, gracieux, à la mairie contre une délibération du conseil municipal de Grenoble (en décembre 2013) sur l’accord de vente du 10-20 à la SCIC Habitat, avec les promesses de réhabilitation des logements (lire l’article Le bon plan de SCIC Habitat) ;
  • un au tribunal administratif contre les manquements lors de la concertation sur l’élaboration du projet de rénovation urbaine (lire l’article Pas de registre, pas de (co)construction) ;
  • un, au tribunal administratif aussi, contre le protocole de relogement imposé aux habitants du 10-20 (lire l’article Feu nourri contre la démolition du 20).
Tract du collectif contre les démolitions imposées proposant un avenant à la convention Anru.

Tract du collectif contre les démolitions imposées proposant un avenant à la convention Anru.

« On a posé cinq questions lors du conseil municipal, on n’a toujours pas eu de réponses. C’est parce que la voie démocratique n’a pas permis d’obtenir ces réponses que nous avons déposé les recours. », explique David Bodinier, membre du collectif contre les démolitions imposées. Ces recours, selon le collectif, sont non-suspensifs donc n’empêchent ni le relogement des habitants selon les termes du protocole ni le début de travaux éventuels.

Sauf que la démolition du 20 fait partie du nouveau plan de rénovation urbaine porté par la Métro et la mairie. « Le risque des recours, c’est qu’ils pourraient mettre à mal la totalité du projet Anru, c’est pourquoi nous faisons cette proposition d’avenant à la convention. », détaille le collectif. Les habitants présents à l’assemblée décident donc de proposer à la Métro et à la mairie de faire « signer un avenant pour faire sortir le 10-20 de la convention Anru et d’exiger la réhabilitation des logements ». « La SCIC a économisé 13 millions d’euros sur le rachat du 10-20, en bénéficiant d’un prix de vente de 250 € le m², soit un quart du prix du marché. Qu’ils rénovent le 10-20 avec cet argent ! » propose le collectif.

Le collectif met aussi en avant un projet de rénovation du 10 et du 20 galerie de l’Arlequin alternatif et beaucoup moins cher. « Les estimations des coûts de rénovation du 10-20 de SCIC Habitat sont basées sur la rénovation du 40 galerie de l’Arlequin. Or il y a eu le coût énorme des nouveaux ascenseurs à cause de la segmentation [la séparation physique des montées entre le 30, 40 et 42 galerie de l’Arlequin, ndlr]. Si on abandonne la segmentation, on fait des économies. »

Une habitante argumente : « Il n’y a pas à s’excuser pour le risque causé au projet général ! Mais il faut continuer à faire le lien entre la lutte du 10-20 et les propriétaires. » « Il faut retrouver l’esprit, qui primait au début de la Villeneuve, de solidarité entre locataires et propriétaires. » ajoute un autre habitant.

Le collectif contre les démolitions imposées conclue l’assemblée en montrant que la lutte des habitants du 10-20 est universelle : « Les problèmes de relogement du 10-20 vont se poser pour les autres montées lors des rénovations futures. »