Une reconstruction de l’AJA Villeneuve pour fin 2017
Les locaux de l'AJA Villeneuve, incendiés en 2015, surmontent ceux du Tennis Club Villeneuve, photo d'octobre 2016. (photo : BB, Le Crieur de la Villeneuve)

En avril 2015, une partie des locaux de l’AJA Villeneuve partaient en fumée suite à un incendie. Un an et demi plus tard, le bâtiment n’est toujours pas reconstruit. Il devrait l’être d’ici un an.

Farid Zarioh, le responsable des jeunes de l’AJA Villeneuve, nous reçoit dans le préfabriqué posé dans la cour du club. Les gamins sont à l’entraînement. En face, les locaux du club de foot du quartier gardent encore les traces de l’incendie du 18 avril 2015. La même journée, le club et le théâtre Prémol, dans le quartier voisin du Village olympique, prenaient feu.

« Les dernières nouvelles que j’ai eu, c’était pendant les vacances de Pâques, en avril 2016. Sadok Bouzaiène [l’adjoint aux Sports à la mairie de Grenoble, ndlr] m’a dit que tout avait été calé. Les travaux devraient débuter en juin 2017. », raconte Farid Zarioh. Même s’il n’a « pas eu de nouvelles depuis six mois », l’entraîneur est un peu soulagé. Depuis un an et demi, le club fonctionne avec deux préfabriqués, le premier installé par la mairie, pour les arbitres, l’autre par le Conseil départemental, pour le club.

« Inauguration en 2018 »

Pourtant, le calendrier de la mairie est quelque peu différent. Au Crieur, Sadok Bouzaiène, l’adjoint aux Sports, explique que « les premiers travaux auront lieu dès janvier 2017 avec la démolition de toutes les structures pourries. Il y aura à nouveau un appel d’offres pour la reconstruction, qui devrait être finie fin 2017. Début 2018, on fera l’inauguration, ils auront leur local. »

Six mois d’écart, pourquoi une telle différence de calendrier ? « Une enquête a été ouverte par le procureur après l’incendie. Il ne nous a autorisés à reconstruire que le mois dernier [en septembre, ndlr]. », détaille Sadok Bouzaiène. « La franchise de l’assurance est de 1,5 million d’euros. Or le coût de reconstruction est de 500 000 euros. Donc l’assurance ne rembourse rien, c’est pour notre pomme. »

L’adjoint prévient : « Vu la situation financière tendue de la ville, l’argent va être utilisé aux dépens d’autre chose. » Une phrase qui sonne presque comme si la mairie faisait un cadeau au club en reconstruisant ce bâtiment municipal.

Question d’image

L’AJA Villeneuve devra fonctionner avec ses préfabriqués pendant encore de longs mois. Si Farid Zarioh assure qu’il n’y a pas eu de baisse de licenciés au sein du club, il reconnaît que la situation ne peut pas durer : « Le problème, c’est surtout l’image. La première chose que voient les gamins et leurs parents, c’est le feu. »

« D’un côté, ça nous a rendu plus forts », explique Farid Zarioh, « il y a eu pas mal de solidarité après l’incendie. Certains clubs nous ont aidés, le Red Kaos [groupe d’ultras du GF38, ancré politiquement à gauche, ndlr] a organisé une tombola. Mais la fédération française de football n’a rien fait. »

 
Et les gymnases ?

Sadok Bouzaiène a aussi répondu au sujet des gymnases du quartier. La première pierre du nouveau gymnase de la Villeneuve, en remplacement de celui de la Piste, sera posée « au premier trimestre 2017 pour une ouverture fin 2018 ». Les travaux de rénovation du gymnase de la Rampe, au point mort, vont être relancés : « Des travaux contre l’humidité vont être réalisés, en attendant une décision sur la politique de la Ville pour la réhabilitation totale ».

Sadok Bouzaiène l’assure, les clubs AJA Villeneuve et le Tennis Club Villeneuve, juste à côté, resteront ouverts pendant la période de travaux et que ceux-ci seront réalisés « pendant que les clubs n’ont pas beaucoup d’activités ».