Mobilisation contre le gel des emplois aidés

Mercredi 27 septembre, devant la Préfecture de Grenoble, une soixantaine de personnes s’est mobilisée contre le gel des emplois aidés. Des cafés-associatifs comme Le Barathym, Atypik, La Pirogue et le Café des enfants, des associations d’éducation populaire, Cap Berriat, la conciergerie solidaire Consol, la BatukaVI, le syndicat Asso, entre autres, ont tenté de se faire entendre mais l’accès à la Préfecture leur a été interdit. Le cortège s’est donc rendu au pied de l’hôtel du département. Une partie de l’équipe éducative du collège Vercors était également présente. C’est la troisième semaine de grève pour l’établissement, alors que le personnel du collège réclame deux postes d’assistants d’éducation supplémentaires.

 

  • Devant la Préfecture, la police bloque les militants qui finalement se sont rendus à l'hôtel du Département.
  • Le café-associatif Le Barathym est directement concerné par la suppression des emplois-aidés, sa cuisinière et sa serveuse sont toutes les deux bénéficiaires du dispositif.
  • L'équipe pédagogique du collège du Vercors a entamé sa troisième semaine de grève.
  • A Grenoble, 160 emplois seraient directement concernés par le gel des contrats aidés.
  • Devant l'hôtel du Département, personne n'est venu à la rencontre des manifestants.
  • Le syndicat Asso demande la requalification en emploi perenne et de qualité tous les emplois aidés.

 

L’appel à la mobilisation est à retrouver ici, ainsi que la liste de ses signataires.
Le syndicat Asso a créé une carto-crise qui recense les emplois touchés par la fin des contrats aidés. La voici :

 

Voir en plein écran